Aller au contenu principal

La trilogie Gorki Donskoï

Image

 

MARC DONSKOI ET LA TRILOGIE GORKI

Marc Donskoï (1901-1981) est un réalisateur russe soviétique attachant. Sa carrière va de 1927 à 1978. Il tourne 25 films dont plusieurs marquent l’histoire du cinéma mondial : L’Arc-en-ciel (1944) programmé dans la section consacrée aux femmes fortes ; Les Indomptés (un film abordant dès 1945 la Shoah en Ukraine) ; Le Cheval qui pleure (1957) qui fit les beaux jours des ciné-clubs en France dans les années 60…(1) Donskoï fut aussi un des pères du néoréalisme italien.

Marc Donskoï et Maxime Gorki, c’est la rencontre au sommet de deux lyriques, de deux hommes fougueux que les sentiments submergent. En plus de la trilogie autobiographique, Donskoï a puisé chez Gorki la matière d’autres films dans ses romans : La Mère (1955) avec le tout jeune Alexeï Batalov (deux ans avant Quand passent les cigognes) ou Thomas Gordeev en 1959.

Ecrite entre 1912 et 1922, cette autobiographie en trois parties raconte une vie difficile et vagabonde à la fin du XIXe. Elle rappelle opportunément que la Russie tsariste n’était pas un paradis pour le petit peuple et que la Révolution eut des racines dans la souffrance et la misère des gueux.


(1) Ce film adapte une nouvelle de l’écrivain ukrainien Mikhaïl Kotsioubinski (1864-1913) dont un autre récit inspira Sergueï Paradjanov pour Les Chevaux de feu (1964).