Aller au contenu principal

LES BAS-FONDS - НА ДНЕ

LES BAS-FONDS - НА ДНЕ

 

LES BAS-FONDS - НА ДНЕ

 

France . 1936 . N&B . 1h35

Production : Les Films Albatros

Réalisation : Jean Renoir

Scénario : Eugène Zamiatine, Jacques Companéez (d’après la pièce de Maxime Gorki)

Image : Fédote Bourgassoff, Jean Bachelet

Musique : Jean Wiener

Avec Louis Jouvet, Jean Gabin, Suzy Prim, Junie Astor, Vladimir

Sokoloff, Robert Le Vigan, Maurice Baquet, Jenny Olt, Jacques Becker, Nathalie Alexeieff…

 

Dans un sordide asile de nuit cohabitent voleurs et assassins, prostituées et vagabonds, déclassés et ivrognes. Perdus, rugueux ou fragiles, tous ont été malmenés par la vie et chacun essaie de s’en sortir par la parole, l’action ou la rêverie. Ce lieu clos favorise les conflits mais aussi les rapprochements. Cette oeuvre réaliste et romantique travaille la pâte humaine.

On ne présente plus Jean Renoir mais connaît-on son tropisme slave ? Il est évident avec Catherine Hessling, actrice de ses premiers films muets, dont les yeux bleus magnétiques rappellent ceux d’Ivan Mosjoukine, ou avec la séquence des prisonniers russes dans La Grande Illusion

Ici il s’empare d’une pièce classique du répertoire russe. Mais pour fuir tout folklore ridicule, l’action est intelligemment transplantée dans un pays qui serait la France. Ce qui n’empêche pas les Russes d’être omniprésents. Au scénario, l’écrivain E. Zamiatine, célèbre pour sa dystopie « Nous autres » et fraîchement émigré en 1931, et J. Companéez, né en Ukraine ; l’opérateur Bourgassoff… Et parmi la pléiade d’acteurs, le vaillant Vladimir Sokoloff (le taulier) qui débuta au Théâtre d’Art de Moscou en 1913, vécut à Berlin et Paris avant de gagner en 1937 Hollywood où il joua les étrangers de tout poil (Pour qui sonne le glas / 1943, Les sept Mercenaires / 1960…).