Aller au contenu principal

LE BRASIER ARDENT - ПЫЛАЮЩИЙ КОСТЁР

LE BRASIER ARDENT - ПЫЛАЮЩИЙ КОСТЁР
Cinéma

 

LE BRASIER ARDENT - ПЫЛАЮЩИЙ КОСТЁР

 

France . 1923 . N&B et couleur . 1h45

Production : Les Films Albatros

Réalisation : Ivan Mosjoukine et Alexandre Volkoff

Scénario : Ivan Mosjoukine

Image : Joseph-Luis Mundwiller, Nicolas Toporkoff

Avec Ivan Mosjoukine, Nathalie Lissenko, Nicolas Koline, Camille Bardou, Juliette Delacroix, Françoise Zellas, Paul Franceschi, Jules de Spoly…

 

Une femme tourmentée par un songe, le diable et ses ténèbres menaçantes, un mari jaloux, une agence garantissant le retour d’affection, le mystérieux détective-caméléon Zed, Paris le jour, Paris la nuit… Rêves et réalités s’entremêlent pour créer un monde fantasmagorique et naturel, tantôt tragique tantôt comique, où lumière et obscurité se confondent.

Ce film fut une date importante du cinéma d’avant-garde, il enthousiasma la critique et fut salué, entre autres, par Louis Delluc et Ricciotto Canudo. Les recherches formelles rappellent l’expressionnisme allemand et se combinent avec l’humour voire la drôlerie dans une mise en scène virtuose à l’entrain tout à fait réjouissant. La réalité crée des personnages qui sont à la fois des souvenirs de lecture et des anticipations de cette même réalité dans un décor stylisé dû au grand Boris Bilinsky. Un mélange extravagant de styles et de techniques en avance sur son temps. Dès décembre 1923, Trauberg le montrait à ses élèves de l’École de cinéma de Moscou et le film déclencha la vocation de cinéaste de Jean Renoir : « La salle hurlait et sifflait, choquée de ce spectacle si différent de sa pâture habituelle. J’étais ravi. Enfin, j’avais devant les yeux un bon film produit en France. » Et Renoir de se lancer illico dans le cinéma.

Pour Mosjoukine cette oeuvre quasi postmoderniste resta sans lendemain. Il laissa son talent en friche.

Le film sera accompagné en direct par Pierre-Michel Sivadier (piano) et Jean-Yves Roucan (percussions)