Aller au contenu principal

L’ASSASSIN DU TSAR - ЦАРЕУБИЙЦА

L’ASSASSIN DU TSAR - ЦАРЕУБИЙЦА
Cinéma

 

L’ASSASSIN DU TSAR - ЦАРЕУБИЙЦА 

 

URSS - Royaume-Uni . 1991 . Couleur . 1h44

Production : Mosfilm, Spectator Entertainement

Réalisation : Karen Chakhnazarov

Scénario : Alexandre Borodianski, Karen Chakhnazarov

Image : Nikolaï Nemoliaev

Musique : Vladislav Chout

Avec Oleg Yankovski, Malcolm McDowell, Armen Djigarkhanian, Angelica Pachouk, Andreï Krivitski, Olga Antonova, Alexeï Logounov, Youri Cherstnev…

 

Au tout début des années 90, le docteur Smirnov quitte Moscou pour prendre le poste de directeur d’un asile d’aliénés dans une petite ville provinciale. Parmi les pensionnaires, l’un attire son attention et pique sa curiosité : en état de crise, cet ancien criminel s’identifie avec l’un de ceux qui, dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, exécutèrent froidement la famille impériale à Ekatérinbourg. Et son récit est émaillé de détails rares qu’il ne peut avoir inventés. Troublé, le psychiatre s’entretient avec lui, il voudrait le piéger et sonder son esprit. En se faisant passer pour le tsar Nicolas II, il commence un jeu dangereux. Car simuler la folie peut rendre fou.

Le film se déroule dans deux strates temporelles, hier et aujourd’hui, entre visions tragiques du passé et présent sinistre. Peu de temps auparavant, les scénaristes avaient travaillé sur une adaptation du récit de Tchekhov, La Salle n°6, un projet abouti en 2009. Mais la problématique de la double personnalité, de la perte de contrôle de soi, se retrouve ici. Les interprètes Yankovski - Smirnov et McDowell - l’assassin se livrent un duel au sommet à qui perdra la raison. Avec ce rôle, l’Anglais McDowell est envoyé dans un passé tourmenté alors que vingt ans avant, dans Orange mécanique (1971) de Stanley Kubrick, il était projeté dans un futur angoissant où lui et sa bande de potes (pardon, de droug), parlaient un sabir mâtiné de russe : un grand verre de moloko et ils repartaient ! De toute façon, l’Histoire est cyclique. Au moment du tournage, l’Union Soviétique s’est effondrée comme la Russie en 1917.